actualités

Actualités

QUESTIONS-REPONSES #110 - Obligation d’harmoniser les tarifs du SRH

Questions de nos stagiaires, réponses de nos experts.

EDITORIAL - Le temps de l’évaluation

Par Serge Pouts-Lajus, directeur et co-fondateur d'Education & Territoires.

A vos côtés - Organiser la mission d’entretien dans les collèges de l’Eure-et-Loir

Entretien avec Anne-Louise Belle, cheffe du service vie des collèges du Département de l’Eure-et-Loir

prochaines formations

Répartition des moyens humains et référentiels de niveaux de service

Remise de l'outil Excel de modélisation utilisé pour le calcul des effectifs théoriques d'ATTEE.

07 et 08 février 2019

Sectorisation scolaire & Projection démographique

Témoignage et études de cas

28 février et 01 mars 2019

L'analyse des comptes financiers des EPLE

Méthode pour l’analyse et étude détaillée d'un compte financier authentique

07, 08, 28 et 29 mars 2019

le 05 janvier 2017

QUESTIONS-REPONSES #52 - Restructuration de logements de fonction

Questions de nos stagiaires, réponses de nos experts.

La collectivité souhaite modifier les surfaces des logements de fonction :
- un F4 va être désaffecté pour créer des salles de classe.
- deux F3 vont être modifiés : agrandissement pour l'un en F4 pour le logement du Principal, et création de 2 studios avec la surface restante de l'autre F3.
Nous respectons donc toujours le nombre de concessions réglementaires (3) selon l'article R216-19 du code de l'Education, mais ce dernier ne fait pas mention des surfaces.
Pouvons-nous alors modifier ces surfaces, sachant que, par conséquent, un gestionnaire et sa famille ne pourrait pas loger dans un studio (si le F4 est occupé par le principal) ? Doit-on obtenir l'avis de l'autorité académique pour ces modifications de surface ?

La collectivité, propriétaire des locaux, peut effectivement restructurer les locaux et désaffecter une partie des logements de fonction à condition de conserver le nombre de logements nécessaires pour loger les agents qui y ont droit en raison du nombre points pondérés du collège (auxquels il convient d’ajouter les personnels territoriaux pouvant aussi bénéficier d’un logement).

En revanche, tout en conservant le nombre de logements nécessaires, il parait difficile d’offrir des logements qui ne seraient pas « convenables » du fait de leur exiguïté or on  peut penser que des studios ne correspondent pas à la définition d’un logement convenable.

En tout état de cause, il faudrait obtenir l’accord du conseil d’administration du collège et celui de l’autorité académique.