actualités

Actualités

QUESTIONS-REPONSES #105 - COP-A et déclaration des avantages en nature

Questions de nos stagiaires, réponses de nos experts.

QUESTIONS-REPONSES #104 - Répartition de la DGF entre ALO et AP

Questions de nos stagiaires, réponses de nos experts.

JOURNEE E&T - L'éducation et ses données

Le mardi 11 décembre, Education & Territoires organise à Paris une journée d’échange et de réflexion intitulée «L’éducation et ses données».

prochaines formations

Le financement des cités scolaires

Étude de conventions et propositions opérationnelles pour le financement et la gestion des cités scolaires

13 novembre 2018

Organiser la mission de restauration collective en EPLE

Illustration par des cas concrets et apport d’un modèle d’organisation reproductible

15 et 16 novembre 2018

Le financement des établissements privés par les collectivités

Jurisprudence complète et exemples détaillés.

15 et 16 novembre 2018

le 07 janvier 2015

EDITORIAL - Certitudes et incertitudes de 2015

En 2015, c’est sûr, les Régions prépareront leur réorganisation dans de nouvelles frontières.

Bonne année 2015

En Guyane et en Martinique, la Région et le Département fusionneront dans une collectivité territoriale unique. L’année 2015 sera enfin l’année de mise en place des nouveaux services publics régionaux d’orientation (SPRO). Voilà pour les certitudes dans le champ de l'éducation.

En 2015, la décision de transférer les collèges aux Régions sera-t-elle finalement prise ? Nous ne le savons pas encore. Pour justifier sa proposition, le gouvernement s’est jusqu’à présent contenté de mettre en avant des objectifs de rationalisation globale des moyens. Mais des réserves se sont exprimées dans les Départements comme dans les Régions et l’argument a progressivement perdu de sa force. Des voix, celles de Nicole Belloubet et de Florence Robine notamment, se sont fait par ailleurs entendre pour observer que le redécoupage des Régions devait être accompagné d’un redécoupage académique et sans doute aussi d’une refondation globale des rapports partenariaux entre l’Etat et les collectivités territoriales. Les dés sont donc encore loin d’avoir tous été jetés.

Une chose est certaine cependant : quelle que soit la décision que prendra l’Assemblée au début de l’année, le mouvement de décentralisation de notre système éducatif, entamé il y a trente ans, demeurera inachevé. Il faudra encore d’autres dispositions légales poursuivant d’autres objectifs, plus ambitieux peut-être que celui des moyens, pour qu’une situation satisfaisante d’équilibre des responsabilités et des charges entre l’Etat et les collectivités soit atteinte. Ces prochaines étapes se dérouleront avec des Régions moins nombreuses et plus fortes, des métropoles qui aspireront à prendre leur part de la mission éducative.

Le pilotage centralisé de l’éducation est devenu inefficace dans un monde complexe où le numérique renforce l’horizontalité des échanges et déplace le moteur du changement vers le local. Si elle se confirme, cette évolution représentera un enjeu de taille pour les collectivités territoriales.

Que l’année 2015 soit donc celle d’une accélération de la décentralisation, c’est notre souhait. Et qu’elle soit aussi une heureuse année  pour tous les agents des Villes, des Départements et des Régions en charge de l’éducation avec lesquels nous aurons, cette année encore, le plaisir de travailler.

Serge POUTS-LAJUS