actualités

Actualités

QUESTIONS-REPONSES #116 - Subvention à la DDEC

Questions de nos stagiaires, réponses de nos experts.

EDITORIAL - Préparer la DGF et les forfaits d’externat 2020

Une offre d'accompagnement par les experts consultants d'Education & Territoires.

QUESTIONS-REPONSES #115 - Transfert d’EPLE et accord du Préfet

Questions de nos stagiaires, réponses de nos experts.

prochaines formations

L'analyse des comptes financiers des EPLE

Méthode pour l’analyse et étude détaillée d'un compte financier authentique

14, 15, 28 et 29 mars 2019

Sectorisation scolaire & Projection démographique

Témoignage et études de cas

14 et 15 mars 2019

La dotation globale de fonctionnement des EPLE

Présentation et analyse comparée des pratiques des collectivités, élaboration d'un outil de calcul de la DGF (modèle Excel)

21 et 22 mars 2019

le 12 décembre 2016

EDITORIAL - L'innovation pédagogique ne peut pas tenir lieu de politique éducative

La nécessité d’une réforme en profondeur de notre système éducatif fait aujourd’hui consensus. Parmi les instruments possibles de mise en œuvre d’une telle réforme, l’innovation pédagogique est souvent mise en avant. Pour autant, elle ne peut suffire à atteindre l'objectif fixé.

Elèves au travailL'innovation pédagogique est d’abord le fait de nombreux enseignants qui introduisent dans leurs pratiques de classe des changements qui peuvent être de simples aménagements mais aussi des innovations plus radicales comme par exemple celle consistant à « inverser la classe ». Ces innovations locales se diffusent grâce aux réseaux numériques qui leur donnent une grande visibilité. Le forum des enseignants innovants qu’organise le Café pédagogique depuis une dizaine d’années montre que, sur ce plan, la vitalité des acteurs de terrain se maintient dans la durée.

Longtemps hésitante, l’institution a fini par s’associer pleinement au mouvement de développement de l’innovation en organisant des événements qui lui sont consacrés, en mobilisant les opérateurs tels que CANOPE et en installant dans chaque académie une cellule chargée de promouvoir l’innovation pédagogique (CARDIE). Des réformes globales enfin, comme celles du collège en 2016 intègrent des mesures innovantes telles que les travaux interdisciplinaires ou l’accompagnement personnalisé.

Nourrie par d’innombrables initiatives de terrain et portée par l’institution, l’innovation pédagogique pourrait-elle ainsi, en se diffusant largement, par le bas et par le haut, aboutir à une réforme complète et profonde du système éducatif dans son ensemble ? C’est peu probable.

Pour le comprendre, il faut regarder comment l’innovation se réalise concrètement dans les établissements. Car c’est évidemment là que tout se joue. La structure homogène par principe de notre organisation scolaire, condition indispensable à la mise en œuvre du principe d’égalité des chances (voir l’intervention de Son Thierry Ly lors de notre journée d’échanges du 29 novembre), condamne de facto l’innovation à ne se manifester que dans les classes. En d’autres termes : notre Ecole s’accommode facilement des enseignants innovants mais elle ne permet pas l’émergence d’établissements innovants. Car pour que l’innovation se réalise au niveau d’un établissement tout entier, pour qu’elle devienne un mouvement collectif, il faut que les professeurs innovants réussissent à entraîner l’ensemble des collègues de leur école, leur collège ou leur lycée, dans un projet commun et, sans doute, que l’équipe de direction porte activement un tel projet. Cette première condition est très rarement réalisée. De plus, elle en cache une seconde qui doit permettre à l’innovation collective de se maintenir dans la durée. Cette seconde condition, c’est l’autonomie de l’établissement, nécessaire pour faire naître et entretenir un projet collectif.

Décidément, l’autonomie pédagogique de l’établissement (laquelle ne s’identifie pas, très loin de là, à celle du chef d’établissement) est bien le sujet qu’il va falloir à présent affronter.